Ariéjo ô mun païs

Arièjo ô mun paîs

Chanson locale patriotique
Composée par : Sabas Jean-marie Aubin Maury ecclésiastique ariégeois né 1863 dans la vallée de Vicdessos

 

Arièjo, Arièjo ô moun païs

Arièjo! Arièjo ô moun païs
O terro tant aïmado
Maïre tant adourado
De prés, dé leign, toutjoun
Toun noum mé réjouis,
Arièjo, ô moun païs !

Aïmi d’amour tas mountagnos superbos,
L’hiber ious mét un blanc habilloment.
Mè dins l’estiu démest las nautos herbos,
Les agnélous réguinnon foilloment.

Arièjo! Arièjo ô moun païs
O terro tant aïmado
Maïre tant adourado
De prés, dé leign, toutjoun
Toun noum mé réjouis,
Arièjo, ô moun païs !

Aïmi tabé tas planos ta poulidos,
Riché tapis dé bignos è dé blats,
Tous rius d’argent è tas prados flouridos,
E tous planels dé bosques courounats.

Arièjo! Arièjo ô moun païs
O terro tant aïmado
Maïre tant adourado
De prés, dé leign, toutjoun
Toun noum mé réjouis,
Arièjo, ô moun païs !

Per l’auselou, fasco souleil o pléjo,
Lé pu bel nids sira toutjoun le siu ?
Soun Arièjoués ! Dichats-mé moun Arièjo :
Cap dé paï n’és poulit coumo l’miu.

Arièjo! Arièjo ô moun païs
O terro tant aïmado
Maïre tant adourado
De prés, dé leign, toutjoun
Toun noum mé réjouis,
Arièjo, ô moun païs !

O moun païs, tant dous à ma mémorio,
Toun noum aïmat es grabat dins moun cor.
Oun soun nescut, Diu belgo qué mémorio,
Jou l’miu cel blu, jou l’miu bel souleil d’or.

Arièjo! Arièjo ô moun païs
O terro tant aïmado
Maïre tant adourado
De prés, dé leign, toutjoun
Toun noum mé réjouis,
Arièjo, ô moun pas

Version en patois et non en occitan

Ariège, Ariège ô mon pays

Ariège, Ariège, ô mon pays,
O terre tant aimée,
Mère tant adorée,
De près, de loin, toujours
Ton nom me réjouit
Ariège, ô mon pays.<

J’aime d’amour tes montagnes superbes,
L’hiver leur met un blanc vêtement
Mais dans l’été parmi les hautes herbes,
Les agnelets gambadent follement.

Ariège, Ariège, ô mon pays,
O terre tant aimée,
Mère tant adorée,
De près, de loin, toujours
Ton nom me réjouit
Ariège, ô mon pays.

J’aime tes plaines si jolies
Riches tapis de vignes et de blés,
Tes ruisseaux d’argent et tes prés fleuris
Et tes plateaux que couronnent les bois.

Ariège, Ariège, ô mon pays,
O terre tant aimée,
Mère tant adorée,
De près, de loin, toujours
Ton nom me réjouit
Ariège, ô mon pays.

Pour l’oisillon, qu’il fasse soleil ou pluie
Le plus beau nid sera toujours le sien.
Je suis ariégeois, laissez-moi mon Ariège,
Aucun pays n’est aussi beau que le mien.

Ariège, Ariège, ô mon pays,
O terre tant aimée,
Mère tant adorée,
De près, de loin, toujours
Ton nom me réjouit
Ariège, ô mon pays.

O mon pays si doux à ma mémoire
Ton nom aimé est gravé dans mon cœur.
Où je suis né, Dieu veuille que je meure,
Sous mon ciel bleu, sous mon beau soleil d’or.

Ariège, Ariège, ô mon pays,
O terre tant aimée,
Mère tant adorée,
De près, de loin, toujours
Ton nom me réjouit
Ariège, ô mon pays.

Version en français