Bayle Pierre écrivain ceptique

<

Bayle pierre ecrivan ceptique

Bayle Pierre est né en Ariège Pyrénées à Carla-le-comte (aujourd’hui appelée Le Carla-Bayle) le 18 novembre 1647 et mort à Rotterdam le 28 décembre 1706.

En tant que fils d’un modeste pasteur protestant, il reçoit une éducation familiale. Ensuite il suit un cursus au petit collège protestant Puylaurens. Après la fin de l’éducation de son frère, ce n’est qu’en 1669 qu’enfin il entre à l’université des jésuites de Toulouse. Par conséquent, il se convertit au catholicisme, pour finalement, 17 mois après il adjure et finalement revient au protestantisme. Il fuit par peur de persécution, tout bien considéré il se réfugie à Genève en 1670.
Bayle Pierre entreprend alors des études de théologie et de philosophie. Ces enseignements lui font découvrir les « pensées de Descartes ». Même dans ce pays d’accueil la vie n’est pas facile, c’est pourquoi, il par contrainte financière il accepte le métier de percepteur.

Bayle Pierre le retour en France

Il revient en France, reste en clandestinité durant cette période il signe ses écrits sous la plume de Bêle. Comme il faut assurer le quotidien, il travaille comme percepteur dans diverses familles. Ensuite en 1675 il présente sa candidature à l’Académie de Sedan où il est nommé à la chaire de philosophie et d’histoire.
En 1881, Louis XIV prend des mesures anti-protestantes, et ferme dès lors l’Académie de Sedan. Dès lors, il est nommé professeur de philosophie et histoire à l’école Illustre de Rotterdam.

Dès 1682, il édite ses célèbres Pensées sur la comète et sa critique du travail de Louis Maimbourg sur l’histoire du protestantisme.

En 1664, il commence la publication de son journal de critiques littéraires « La nouvelle république des lettres ». Très vite cette publication obtient un rapide succès dans toute l’Europe.
Lors de la révocation de l’édit de Nantes, il apprend la mort en prison de son frère Jacob. Celui-ci n’avait pas voulu abjurer et rester fidèle aux protestants au point de mourir en prison. Il combat dans ses écrits l’intolérance de Louis XIV. A tel point qu’en 1693 il perd sa chaire au motif d’Irréligion et complicités avec le roi de France.
Il prépare alors son « Dictionnaire histoire et critique ».
Et enfin le 28 décembre 1706 il meurt en exil à Rotterdam dans la plus grande indifférence.

Compte tenu du talent de Bayle Pierre ce n’est qu’en 1906, Pamiers lui érige enfin une statue.

Quelques publications de Bayle Pierre :

Pensées sur la comète (1682)
Critique de l’histoire du calvinisme du P. Mainbourg (1683)
La France toute catholique sous le règne de Louis-Le-Grand (1685)
Dictionnaire historique et critique 1697

Bayle Pierre a dit ou écrit :

« La religion est une affaire entre chaque homme et la divinité. »
« Le blasphème n’est scandaleux qu’aux yeux de celui qui vénère la réalité blasphémée. »
« L’idée générale veut qu’un homme qui croit en Dieu, un Paradis et un Enfer, fasse tout ce qu’il connaît être agréable à Dieu, et ne fasse rien de ce qu’il sait lui être désagréable. Finalement, la vie de cet homme nous montre qu’il fait tout le contraire. »
« Dans la condition où se trouve l’homme, Dieu se contente d’exiger de lui qu’il cherche la vérité le plus soigneusement qu’il pourra et que, croyant l’avoir trouvée, il l’aime et y règle sa vie