Chèvre des Pyrénées, le laitier des Pyrénées

chèvre des PyrénéesLa chèvre des Pyrénées

La chèvre des Pyrénées est une race caprine française, typique et caractéristique de notre région. Bien sûr une espèce résistante, en parfaite harmonie avec son milieu montagnard dont elle se satisfait largement. Elle est totalement à l’aise dans son milieu escarpé, rude et pauvre, elle se satisfait de peu.

Caractéristique chèvre des Pyrénées

De grande taille pouvant aller jusqu’à 90cm, peser jusqu’à 55kg.  Avec son poil raide semi-long à long, de couleur noire allant jusqu’au blanc. Mais, sa robe peut-être unie ou tachetée, de longues cornes parfois torsadées vers l’arrière.

Bien sur, elle était très répandue dans nos montagnes pyrénéennes. Elevée pour ses qualités de laitière, on la trouvait dans beaucoup de petites d’exploitations et en petit nombre.

Dans les troupeaux d’ovins montés en estives on trouvait quelques chèvres des Pyrénées. Sa présence  « servaient  » à fournir les bergers et les chiens en lait frais.
Très répandu au 19e siècle, puis à une certaine époque la chèvre n’est plus appréciée dans les fermes. Effectivement elle porte atteinte au développement des forêts (il faut dire qu’une chèvre ça mange  » tout « ). Conjugué avec l’exode rural qui frappa nos montagnes la chèvre des Pyrénées faillit disparaître au cours du 20e siècle. Dans les années 1990, grâce à la ténacité de passionnés  la race des chèvres des Pyrénées est  sauvée.

La chèvre des Pyrénées petite histoire

Des éleveurs béarnais eurent l’idée d’amener la « chèvre des Pyrénées  » dans les villes et notamment Paris, pour vendre directement le lait à la population. Au environ de 1900 Paris comptait approximativement 1500 chèvres des Pyrénées, qui étaient traitent à même le trottoir devant les clients qui venaient acheter le lait. Sa rusticité lui permet de s’adapter à ce changement. La circulation après la première guerre mondiale tue ce commerce de proximité. De nos jours on appellerait ça du développement durable…comme quoi on a rien inventé.