Gaston III Fébus

Gaston III de Fosi-bearn dit febus ariege pyreneesGaston III de Foix-Béarn dit Fébus

 

Gaston III de Foix-Bearn dit Fébus généralité

Fils de Gaston II de Foix-Béarn, comte de Foix, Vicomte de Béarn et d’Aliénor de Comminges. Il naquit le 6 décembre 1331 soit à Orthes soit à Foix, c’est n’est pas très clair.
Son vrai nom Gaston III de Foix-Béarn dit Fébus. Son surnom Fébus veut dire Soleil et on peut le trouver orthographié « Phébus » ou « Phoebus ».
Les titres de Gaston III de Foix Béarn dit Fébus comte de Foix, vicomte de Béarn, viguier d’Andorre, seigneur féodal de la Gascogne et du Languedoc.
On peut aussi penser qu’il fut appelé aussi « lion des Pyrénées ».
Sa devise « toss-y sé gaousos » (patois ariégeois) et Tòca-i se gausas (en béarnais), qui devient devise des villes de Foix et d’Orthes. La traduction française est touches-y si t’oses.

Gaston III dit Fébus au pouvoir

En 1343 à l’âge de 12 ans Fébus succède à la mort de Gaston II mort à Séville. Aux vues de son jeune âge c’est sa mère qui prend la gérance de son territoire et durant environ 2 ans.
Il œuvre pour agrandir son territoire avec pour ambition réunir toutes les Pyrénées. C’est un fin stratège, bon politicien il sait bien évidemment profiter des situations complexes dans lesquelles est le royaume de France.

Il n’hésite pas à guerroyer toute sa vie pour atteindre son but. D’une part il fait construire des châteaux forts pour assoir les défenses de son territoire. D’un autre côté à Foix il améliore la défense de sa forteresse locale en faisant construire la « tour carrée ». A Mazères il fait construire un château, Mazères devient une place renommée du Comté de Foix.

Dès 1345 il Commence à guerroyer contre les Anglais.

En 1347 il reconnaît son allégeance au roi de France pour le COMTE DE FOIX, mais déclare que le Béarn reste toujours neutre.

En 1349 il épouse à Paris Agnès de Navarre fille de Philippe d’Évreux et de Jeanne de Navarre (qui est dans la parenté du roi de France).

Ensuite 1356 il s’engage avec les Chevaliers teutoniques et part en Prusse pour combattre les païens.

Enfin en septembre 1362 Agnès de Navarre lui donne un fils prénommé aussi Gaston. Fébus la répudie environ 3 mois après l’accouchement, pour une « sombre histoire de dote » non payée. Cet acte aura des conséquences très lourdes pour Gaston Phébus.
Son territoire ne souffre pas trop de la guerre de CENT ANS, mais Fébus n’a de cesse que de vouloir agrandir son « royaume ».
Pris entre les Anglais et les Français, sa fine stratégie lui permet de rester neutre et évite des conflits.

Gaston III de Foix-Béarn dit Fébus la bataille de Launac

À Launac, le 3 décembre 1362 il écrase son voisin et ennemi le compte d’Armagnac.
Malgré un nombre bien inférieur de guerriers, Fébus pris une option stratégique qui lui permit de de vaincre. Mettant ses forces sur un « monticule », ses archers taillent en pièce les soldats ennemis.
Le compte d’Armagnac est vaincu, il est fait prisonnier avec de ses chevaliers et soldats (il est fait référence à 900 prisonniers). Ils furent ramenés sur le comté de Foix et emprisonnés à Foix mais aussi à Pamiers et Mazères.
Une très grosse rançon est versée au Comté Foix-Béarn pour la libération de tous ces ennemis.

Gaston III de Foix-Béarn dit Fébus sa fin

La vie de Phébus se passe dans des guerres continuelles.
Il s’illustre notamment par sa valeur et sa beauté. Mais en contre parti on lui reproche d’être violent et d’avoir causé la mort de son fils. Ce jeune prince accusé d’avoir voulu empoisonner son père avec l’aide de son parrain. Fébus le fait emprisonner et c’est au cours d’une visite Phébus lui portera un coup mortel à la gorge. Tuant ainsi Gaston son seul héritier direct en 1382, cet acte semble « toucher » Fébus qui perd de sa joie de vivre.

Il impose au Béarn un des foyers et un impôt qui sera prélevé chaque année ce que l’on appelle le « dénombrement de 1385. »

Il meurt au cours d’une chasse à l’ours à l’âge de 60 ans le 1er août 1391. Son corps repose au couvent des Jacobins d’Orthez, la branche des Foix Béarn recueille sa succession.

Gaston III de Foix-Béarn dit Fébus n’est pas qu’un guerrier

Voilà pour ces faits de guerre, mais Phébus, été considéré comme l’un des plus grands chasseurs de son temps, mais c’était aussi un grand écrivain.
Son « livre de chasse », est consacré aux techniques de chasse, au gibier aux chiens de chasse. Encore ce livre reste un indéniable classique des ouvrages consacrés à la chasse. Fébus était un passionné de chiens, il avait un « meute » conséquente. La chasse était l’une de ses activités préférées et sa réputation de bon chasseur dépasse son royaume.

Fébus est très instruit, très cultivé et il a une âme d’artiste.
Il compose aussi le « livre des oraisons » recueil de prières.
Mais c’est aussi un poète, un grand amateur de musique voir même un bon compositeur.

On lui impute la paternité du célèbre chant local « Sé canto ». Ode à son amie « Ces montagnes, Qui sont si hautes, M’empêchent de voir, Où sont mes amours » (extrait de la chanson). Ses amours est-ce Agnès de Navarre ?

Son surnom Phébus lui fut attribué soit à cause de sa beauté. Soit parce qu’il ressemblait au dieu Phébus qui avait une chevelure blonde. Soit enfin parce qu’il avait pris pour emblème le soleil.
Pour se distinguer des autres il orthographiait son nom Fêbus et non Phébus ou Phoebus. Il faut aussi savoir que le ph n’existait pas dans la béarnais et le patois local.

Petite anecdote : un feuilleton en 6 épisodes lui a été consacré et diffusé à l’époque sur Antenne 2, avec notamment Nicole Garcia et titre est : Gaston Phébus lion des Pyrénées.