Ariegeois.fr

Bethmale

Bethmale en Ariège Pyrénées église

Origine : du gascon « beth » (belle) et « malh » (montagne rocheuse).

Bethmale la vallée

Situé dans la région Occitanie bien évidemment dans le département Ariège Pyrénées. Bethmale est avant tout une vallée dans le Castillonnais en Couserans ariégeois. Très bien intégrée dans le Parc Naturel Régional des Pyrénées ariégeoises, elle possède une histoire riche.

Comme beaucoup de vallées, elle n’est pas très facile d’accès, possède notamment 7 lacs de montagne (dont le lac de Bethmale). De par sa situation géographique, elle possède une frontière avec l’Espagne, chose qui lui permit d’avoir pas mal d’avantages.

Bethmale et son histoire

Avec son château de Bramevaque situé en face de Arrien, la surveillance de la frontière était aisée. La population locale bénéficiait d’avantages fiscaux conséquents accordés par les différents rois de France, cela dura jusqu’à la révolution. Ce qui permettait à la population locale d’avoir une défiance avec les « petits barons » locaux (château de Castillon en Couserans) puisqu’eux dépendaient directement du roi.

La vallée de Bethmale regorge de légendes, de comtes, il est évident que son histoire en est imprégnée.

Les vestiges préhistoriques dans cette vallée sont quand même assez rares, près de Ayet vous pourrez aller voir le menhir de granit appelé « Peyro-qillado » (pierre quillée). Il atteste de l’ancienneté de la population humaine dans cette petite vallée couseranaise.

Bethmale les incontournables

Dans un premier temps, le costume traditionnel des bethmalais et bethmalaises daterait du XVIIème siècle. Janissou un habitant de la vallée avait suivi des marchands en Grèce, là-bas, il fit fortune. Le mal du pays se faisant sentir, il revint dans sa vallée natal et chérie. Il ramena avec lui des chèvres, des chevaux (qui seraient l’origine des chevaux Castillonnais), des femmes et le fameux costume.

Le luxe de ce costume traditionnel contraste avec la « pauvreté » de la vallée. Il était utilisé les « jours de fêtes », pour « parader » et perpétuer le floklore de la vallée (chant, danse et musique).

Bethmale la légende

L’esclop (« sabot bethmalais » en gascon)

a lui sa légende : l’histoire se passe aux environ de l’an Mil, la vallée était envahie par les maures.
Boadbil fils du chef envahisseur, qui était un jeune et beau garçon s’éprit de la belle Escalrélys qui était la plus jolie de la vallée. Elle était la fiancée de Darnert, pâtre, chasseur, dur au travail, sa fierté ne put accepter cet affront. Pour lutter contre l’envahisseur, les hommes prirent le maquis. Darnert avait besoin de se venger, il voulait laver l’affront qui lui avait été fait. Il ne pouvait pas supporter qu’un envahisseur lui ait volé son amour. Fou de rage, il fit des sabots avec une pointe fine arrondie. Un petit matin après avoir prévenu les autres pâtres, les « hilets » (cris de ralliement) se firent entendre dans les monts de cette vallée. Tous étaient armés jusqu’aux dents,l’envahisseur fut vaincu. Alors Darnert défila avec ses amis victorieux dans le village, il portait les sabots qu’il avait mis tant de temps à tailler dans le noyer. Il avait embroché sur chacune des pointes de ses sabots un cœur, les cœurs de BOADBIL et Esclarélys. Il dit « Aouito pla aco, Catin… é qué servichio dé léçoun.. » (Regarde bien ça, Catin… et que ça serve de leçon). La tradition voulut que les fiancés offrent toujours à leur galante une paire de sabots.

La guerre des Demoiselles

Ensuite, fait historique, la vallée c’est aussi « soulevée » contre le nouveau code forestier de 1827. Elle a activement participé à ce que l’on appela la « guerre des demoiselles » qui toucha principalement tout le Couserans.

Bethmale et ses savoir-faire

Il existe encore actuellement un sabotier en exercice qui continue à fabriquer localement des sabots de Bethmale. Bien sûr en gardant les outils et évidemment en perpétuant le savoir-faire d’antan.

Sans oublier le fameux fromage de Bethmale au lait cru pressé encore fabriqué à La Fromagerie Col de La Core. Très ancien, puisque l’on retrouve des traces déjà au XIIe siècle. C’est un fromage au lait de vache cru, à pâte pressée, il doit s’affiner 5 à 6 mois. Ce fromage était réalisé avec le lait de la fameuse vache locale « la casta » qui donnait un lait de qualité.

Bethmale le village

Par ailleurs cette vallée donne son nom à un petit village. Petit village qui se composait de plusieurs communes (Aret, Arrien, Ayet, Samortein, Tournac et Villargein). L’histoire de ces communes est étroitement liée.
En février 1931, Aret et Tournac forme le village de Bethmale et les autres forment Arrien en Bethmale. d’abord à cette date, il y avait encore à Bethmale plus de 500 habitants. Comme toutes ces petites vallées, la population n’a cessé de diminuer. Enfin, de nos jours, la population compte environ 100 habitants.

bethmalemontage 1Blason de Bethmale
Il n’y a pas (enfin j’ai pas trouvé) de blason officiel, donc, j’ai réalisé un petit montage représentant cevillage
Nom originedu gascon « beth » (belle) et « malh » (montagne rocheuse).
Nom des habitantsbethmalais-bethmalaise
Population en 201497 h
Population en 18041 360 h
ArrondissementSaint-Girons
CantonCouserans ouest
Altitude mini-maxi750-2 838 m
Superficie3 161 ha

Nouveaux articles

La guerre des demoiselles

La guerre des Demoiselles c’est une révolte de la misère contre les riches exploitants des forêts. C’est sous le règne de Charles X Roi de France et de Navarre

Lire la suite

Le millas

Le millas vient de l’occitan milh qui veut dire millet mais aussi maïs. Bien évidemment c’est la farine de maïs que l’on va utiliser pour cette recette.
On  retrouve le millas dans pas mal de région, avec toujours la même base d’ingrédients mais avec quelques variants.

Lire la suite

Charles de freycinet

Louis Charles de Saulces de Freycinet, né le 14 novembre 1828 à Foix Ariège Pyrénées, mort le 4 mai 1923 à Paris.  Il voit le jour dans une famille protestante originaire du Dauphiné.

Lire la suite