Ariegeois.fr

Benoit XII

benoit XII fournier jacques

Benoit XII, de son vrai nom Jacques Fournier né dans le Comté Foix-Béarn vers 1285 à Canté juste à côté de Saverdun. Issu d’une famille modeste, qui aurait pu penser qu’il finirait Pape Beboit XII. Comme son nom le laisse entendre, son père était boulanger ou meunier ce n’est pas très précis.

Fournier Jacques futur Benoit XII

Avant d’être élu Pape Benoit XII, son oncle maternel Arnaud Novel élève et éduque Fournier Jacques. Ce moine cistercien, abbé de Fontefroide (Aude) l’envoie au collège Saint-Bernard à Paris. Puis il va à l’université où il devient docteur en théologie.

Après un cursus éducatif plus que brillant, Fournier Jacques est nommé : abbé le Fontefroide (il succède à son oncle).

Dès 1317, il devient évêque de Pamiers. Et enfin en 1326, évêque de Mirepoix. Il est très vite réputé pour son zèle à poursuivre les hérétiques albigeois.

Foutnier Jacques l’inquisiteur

A cette fin, il profite d’une décision du Concile de Vienne(1312) qui lui permet qu’en tant qu’Evêque Cistercien de diriger le tribunal d’inquisition. C’est bien sûr à Pamiers que le tribunal fait son œuvre. Enfin, il dirige cette instance en compagnie de Gaillard de Pomies et Jean de Beaune, tous deux dominicains de Carcassonne.
Bien sûr sa rigueur se caractérise par son obsession à poursuite sans pitié les hérétiques albigeois.

A partir de juillet 1318 jusqu’à octobre 1325, la cour siège 370 jours, avec plus de 550 interrogatoires pour une centaine de dossiers.

Il se distingue par sa faculté et sa facilité sans oublier bien sûr sa ténacité et sa rigueur pour digérer ses interrogatoires. D’autant plus qu’il a l’avantage d’être du pays et de connaître toutes ses ouailles.

Il n’a que très rarement recours à la torture, sauf une fois, pour des lépreux accusés d’empoisonner les sources avec de la poudre de crapaud. Concernant ce procès, le verdict fut sans pitié. Effectivement, cinq des lépreux vaudois(1) de Pamiers et le relap (2) albigeois Guillaume Fort de Montaillou) furent exécutés et périrent sur le bûcher.

En décembre 1327, connaissant son zèle et son dévouement, le Pape Jean XXII le nomme Cardinal de Saint-Prisque.

Comme il appartient à l’ordre de Cistercien il peut garder ses habits, et on le surnomme le Cardinal Blanc. Ayant la confiance du Pape, celui-ci lui confie des missions délicates et il sera juge dans des affaires d’hérésie.

Benoit XII élu pape

Après la mort de Jean XXII, le 23 décembre 1334, le conclave se réunit. Les cardinaux élisent Fournier Jacques comme nouveau Pape.

Dès lors en honneur du patron de l’ordre des Cisterciens, il choisit comme nom Benoît XII, de s’installer dans le palais construit à Pont-de-Sorgues par son prédécesseur.

Le 8 janvier 1335, le cardinal Napoléon Orsini en l’église d’Avignon couronne le 3e Pape Benoît XII. C’est le 3e Pape qui réside dans cette ville d’Avignon.

Il essaye de réformer la curie et les ordres religieux, il veut une discipline ecclésiastique draconienne et exemplaire. Pour atteindre ce résultat, il veut obliger les moines à pratiquer la pauvreté, mortification et travail manuel. L’austérité de ces mesures est la principale raison de l’hostilité de la curie.

Il continue la « chasse » aux hérésies qui a fait sa réputation.

En 1335, il lance la construction du fameux palais des papes à Avignon. D’ailleurs, il fait alors appel à Pierre Peysson qui avait déjà participé à la mise en place de la cathédrale de Mirepoix. Ce palais appelé « Palais Vieux » est surtout une forteresse imprenable avec ses murs très hauts et ses tours impressionnantes. Toutes ses murailles protègent un cloître sobre, modeste et voire austère. Pour la décoration, il fait venir Simone Martini, chef de file de l’école de Sienne.

Sans grandes réussites politiques, il essaya par 2 fois de ramener la papauté à Rome. L’Italie était en perpétuels conflits empêchant l’unité et son installation à Rome. Toutefois, il participe financièrement à la restauration des monuments religieux et aide la population à survivre dans une situation de guerre permanente.

Benoit XII ne peut empêcher le conflit entre l’Angleterre et la France, la fameuse guerre de 100 ans qui débute en 1337.

Que reste-t-il de Benoit XII

Atteint de gangrène Benoît XII décède finalement le 25 avril 1342. Son successeur Clément VI finance une chapelle spéciale à l’honneur de son prédécesseur.
Malgré de grandes dépenses (construction du palais des papes) Benoît XII laisse les caisses avec un trésor de 1 117 000 florins.
Afin d’honorer Benoît XIIqui a participé à la restauration de l’église Saint-Pierre à Rome, sa statue a été placée au-dessus de la porte de la nef. Du reste, cette statue se trouve de nos jours dans les cryptes vaticanes.

(1)vaudois : ils sont restés dans la lignée de l’Eglise primitive (catholique et apostolique), sans se laisser corrompre par l’alliance avec la politique, l’argent et le pouvoir

(2)relap : se disait d’un converti retombé encore une fois dans l’hérésie

Nouveaux articles

La guerre des demoiselles

La guerre des Demoiselles c’est une révolte de la misère contre les riches exploitants des forêts. C’est sous le règne de Charles X Roi de France et de Navarre

Lire la suite

Le millas

Le millas vient de l’occitan milh qui veut dire millet mais aussi maïs. Bien évidemment c’est la farine de maïs que l’on va utiliser pour cette recette.
On  retrouve le millas dans pas mal de région, avec toujours la même base d’ingrédients mais avec quelques variants.

Lire la suite

Charles de freycinet

Louis Charles de Saulces de Freycinet, né le 14 novembre 1828 à Foix Ariège Pyrénées, mort le 4 mai 1923 à Paris.  Il voit le jour dans une famille protestante originaire du Dauphiné.

Lire la suite